TERRITOIRE INTIME

Un territoire, tout comme un savoir, c’est le résultat d’une expérience. Au début, on ne sait pas. On n’a pas de territoire. Grâce à l’expérience des choses et des contenus, on va poser des jalons, et ces jalons marquent déjà des frontières : ils rythment la constitution d’un territoire. C’est l’émergence de nos matières d’expression (c’est-à-dire de nos qualités propres) qui va définir notre territoire.Gilles Deleuze

mardi 28 février 2017

"L'Equilibre des Sexes", J-M. Mariottini. ECRI07



L'équilibre (fragile !) des sexes. Un essai ethno-philosophique à lire absolument !
" Savoir où l'on met les pieds et les y mettre en toute connaissance de cause. On nous parle d'égalité des sexes comme si l'homme et la femme étaient de race, de religion ou de nationalité différentes, c'est-à-dire comme s'ils étaient des individus n'ayant rien d'autre à partager que le simple fait d'être membres d'une même société et qui, à ce titre et à juste titre, devraient donc être considérés également. Mais ce n'est pas le cas... Qu'ils deviennent en effet père et mère, et cet homme et cette femme vont avoir tout de suite autre chose en commun : un enfant. Et c'est bien ce qui fait toute la différence et toute la question : comment en effet partager cet enfant ? Or, très étrangement, voilà une question qui a toujours été largement occultée dans le débat qui agite les esprits à propos de la relation homme-femme, de leur égalité, leur parité... à se demander même comment il aura été possible de parler aussi longtemps de sexe et de relation entre les sexes sans jamais évoquer clairement la question de la reproduction ! C'est bien cette lacune que se propose de combler la présente contribution : replacer la question de l'enfant au centre du débat, mais surtout celle de son partage afin que ce passeport pour l'éternité le soit effectivement pour chacun des deux parents. Car lorsque la technique permettra à chacun d'enfanter, homme et femme confondus, et que la question du partage de l'enfant ne se posera donc plus, et que disparaîtra avec elle encore plus assurément la question même de l'égalité des sexes, peut-être s'apercevra-t-on alors et conviendra-t-on en effet qu'attribuer au père de famille une certaine priorité en matière de politique et d'économie n'aura jamais été que le seul moyen trouvé par les sociétés humaines de maintenir un certain équilibre dans ce rapport à l'enfant. "

Jean Marc Mariottini est docteur en «sociologie et ethnologie des sociétés méditerranéennes», et son activité professionnelle aura été toute entière consacrée au terrain, à l'enquête de terrain. Les récentes dérives idéologiques de la modernité le pousse cependant à s'aventurer sur le terrain – ô combien plus glissant celui-là – de la question de société qu'il aborde sur le ton résolument léger du conte philosophique, sociologique, et selon une approche qu'il veut surtout critique, c'est-à-dire à l'écart des façons de penser dominantes. Il aborde ici le thème désormais rebattu de l'égalité des sexes, de la parité... en se demandant si cette égalité, loin de réduire justement toute la distance qui sépare les sexes, n'en accentuerait pas au contraire l'écart. Femme et homme paraissent en effet s'affronter aujourd'hui de façon encore plus radicale, de quoi annoncer peut-être quelque conflit social majeur tel que le serait par exemple une grève du sperme, et de là, pour y remédier, quelques avancées techniques non moins historiques : mise au point d'Ovula et de Spermato, puis surtout de l'ODM/VT (Origine Du Monde / Version Technologique), cette machine à enfanter...

En vente en librairie à Marseille, 
sur Internet (Fnac, Amazon, Chapitre...) 
et directement auprès de l'auteur.
www.mjm-editeur.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire